CUYABENO LODGE

Home Up La Lodge Programme Questions fréquentes Les Fleurs La Faune Météo d'Amazonie Histoire Cuyabeno


 

L'HISTOIRE DE LA CONSERVATION DE LA

FORÊT AMAZONIENNE, ÉQUATEUR

 DE LA RESERVE DE FAUNE CUYABENO

LA FORÊT AMAZONIENNE EN ÉQUATEUR: LA PLUS BELLE ET DIVERSE DU MONDE. Le secret le mieux gardé: Ce que les autres pays amazoniens ne veulent point que vous sachiez sur la jungle équatorienne!

 

Forêt Amazonienne, Équateur

Lorsqu'en 1974, deux planificateurs de parcs nationaux jeunes et enthousiastes sont invités par le gouvernement de l'Equateur à rejoindre le projet forestier de l'OAA (Organisation Alimentaire et Agricole des Nations-Unis), une série d'événements eut lieu, qui changea graduellement l'histoire de la conservation en Equateur. Cette année, seul le parc national des Galapagos et le parc national de Cotopaxi étaient destinés à la conservation. Le territoire de l'Equateur était encore très peu connu et deux tiers du pays étaient encore couverts par la forêt Amazonienne en Equateur: presque toute la région amazonienne et les pentes orientales des Andes, la moitié des versants occidentaux des Andes, les basses terres côtières des Esmeraldas et une bonne partie de l'estuaire de mangrove de Guayas. L'équipe de l'OAA a commencé par faire une reconnaissance du pays à la recherche des plus belles régions naturelles et à collecter des informations pour leur évaluation; plusieurs membrs fondateurs du Cuyabeno Lodge ont fait partie de cette équipe.

 

Cher visiteur, notre site vous donne d' information sur le Parc Cuyabeno, notre Cuyabeno Lodge, et l'Equateur en général. Notre lodge est situé sur une île saisonniere dans le Lac Cuyabeno, qui est l'endroit plus jolie dans le plus beau Parc Amazonien dans toute l'Amérique du Sud. Ici vous pouvez trouver: notre programme et nos prix. Notre site a des centaines de photos en haute résolution de Cuyabeno et de l'Équateur, qui ouvrent en cliquant sur eux. Donnez à nos pages un "like" si vous aimez nos photos ou si vous trouverez notre info utile. De cette façon, vous aidez des autres francophones à trouver ces pages aussi. 

 

Tout le pays a été littéralement visité: là où ils pouvaient aller en jeep dans les Andes et la partie occidentale du pays, ils ont fait cela jusqu'à qu'ils soient coincés dans la boue ou là où il devenait impossible de conduire à cause des falaises ou de la jungle. A partir de là, ils ont pris le équipement de terrain, louer des guides locaux et marcher dans la jungle pendant des semaines jusqu'à qu'ils aient développé un premier sentiment de ce qu'était la région. Pour la partie amazonienne du pays, qui était une forêt totalement inaccessible, une équipe spécialisée dans la jungle dirigée par le membre fondateur de Cuyabeno Lodge a commencé à tourner dans la région amazonienne avec des canoës motorisés pour autant qu'ils puissent les mener dans les plus petites criques.

 

De nombreuses régions étaient presqu'impénétrables et les cartes manquaient parfois de précision. Donc, ce qui ne pouvait pas être fait en canoë, a été exploré par la voie des airs avec de petits avions loués des organisations missionnaires. Ils ont atterri sur les pistes d'atterrissage de tribus indiennes isolées, souvent pas plus longues qu'un terrain de football et nivelé comme un champ de maïs fraîchement labouré. Ces villages indiens peuvent servir de camps de base d'où continuer les explorations à pied guidées par des indigènes, qui leur ont montré leur territoire et leur ont raconté leur mode de vie.

 

Cuyabeno Nature Reserve: Natural areas Ecuador exploration Sangay, 1975 historical side scan. Cuyabeno Nature Reserve: FAO natural areas exploration Ecuador, Cayambe 1975 historical slide scan. Cuyabeno Nature Reserve: FAO Amazon exploration natural areas Ecuador, 1975 slide scan Cuyabeno Nature Reserve: Amazon huarani airstrip. FAO natural areas exploration, 1975 slide scan

Photos historiques de l'archive de diapositives des expéditions de l'exploration des aires naturels remarquables en Équateur par la FAO en 1975. D'abord nous explorions en voiture jusqu'aux fins deas chemins, comme cette route dans la zone Sangay, puis nous continuions à pied, équipés de tentes sur le dos. Dans les basses terres de l'Amazonie, nous continuons avec des pirogues. Où nous ne pouvions pas voyager en piroque, nous volions avec des petits avions Helio aux  pistes d'atterrissage des missionnaires, parfois aussi courtes que 90m.

 

Tout au long des années, alors que l'attention du monde s'est plus tournée vers l'écotourisme et l'Equateur avait de plus en plus de renommée internationale grâce aux îles Galapagos qui sont devenues une destination de vacances, aucune législation n'a été mise en place pour permettre l'utilisation de la production animale, et en y repensant, cela a été une sage décision du gouvernement. Aujourd'hui, pour tous ces objectifs pratiques, Cuyabeno sert de parc national et les Siona sont très impliqués dans l'organisation de vacances en Amazonie, leur fournissant ainsi un revenu durable, alors qu'une bien plus grande partie de leurs terres traditionnelles reste en meilleur état que n'importe quel autre groupe indigène en Equateur.

 

Recommandation de protéger 10% du Territoire

Depuis fin 1976, toutes les 92 régions ont été évaluées et environ une dizaine ont été identifiées comme étant de la plus haute priorité. Le gouvernement équatorial a pris les recommandations en compte et en 1979, un programme de conservation pour chacune des régions de haute priorité a été mis en place, plaçant ainsi environ 9 pour cent du territoire national sous protection de la loi. Mais comme l'histoire l'a déjà montré, la protection de la loi ne suffit pas à elle-seule pour protéger une région, et petit à petit, les gens ont commencé à envahir les extrémités des régions légalement protégées; certaines plus que d'autres. Cuyabeno est devenue est un très mauvais cas d'invasion illégale. Après que des routes d'exploitation pétrolière aient ouvert le bassin supérieur, le tiers oriental de la réserve a été envahi jusqu'en 1983.

 

C'est alors que le directeur de Cuyabeno a invité notre membre fondateur à venir et travailler à une solution. Après avoir analysé la situation, les deux spécialistes ont conclu que le bassin supérieur devait être abandonné comme zone protégée car trop de gens l'avaient déjà envahi. Il y avait encore suffisamment de forêt inhabitée, cependant, pour "déplacer" la réserve vers l'Est. Ils ont conseillé la même chose au gouvernement et par conséquent, la réserve a été étendue jusqu'à la frontière du Pérou, incluant ainsi le système de lacs Lagarto Cocha, faisant ainsi de Cuyabeno, la seconde plus grande région protégée de l'Equateur. En 1985, notre membre fondateur a été invité à participer à une mission de l'UNEP en consultant pour le développement durable de la région amazonienne de l'Equateur. Cuyabeno souffrait toujours d'une invasion continuelle et comme l'Equateur avait énormément besoin des revenus provenant du pétrole, l'exploitation du pétrole continua à s'étendre dans de nombreuses parties de la réserve.

 

Cuyabeno Nature Reserve: new oil exploitation service areas created in and around Cuyabeno in the early 80s.

Cuyabeno Nature Reserve: The new oil exploitation service town Tarapoa in 1983.

Cuyabeno Nature Reserve: Settlers started clearing forest in Cuyabeno to raise cattle.

Cuyabeno Nature Reserve: release of oil at oil extraction pumping stations, 1983 slide scan.

Photos historiques de l'archive de diapositives de l'explotation du pétrole dans la réserve au debût des années 1980.

Le résultat de cette étude a été de proposer les plus importants parcs nationaux, ceux qui constituent le système des parcs nationaux de l'Equateur. Une de ces régions était la région de Cuyabeno, qui est devenue une "Réserve de reproduction animale". De nos jours, très peu de personnes connaissent l'histoire de cette catégorie. Au milieu des années 1970, l'OAA expérimentait l'élevage de faune et la culture de ??? en Afrique. Donc, l'équipe des parcs nationaux a pensé que ce serait une bonne idée d'essayer quelque chose de similaire en Equateur, de potentiellement payer pour les efforts de conservation avec les revenus gagnés par l'élevage et la chasse de faune. A l'époque, on pensait que cela pourrait être bénéfique aux indigènes vivant dans la réserve de Cuyabeno, que la Siona devienne une partie des opérations de reproduction animale et ainsi de créer des emplois dans le contexte de leur propre culture de chasse et de pêche. Ainsi, dans la proposition, Cuyabeno est entrée dans la catégorie de Réserve de reproduction animale et la Siona a été incluse au cœur de la réserve et Cuyabeno était protégée grâce à ça. Le rapport original de l'OAA sur la stratégie de conservation d'exceptionnelles régions protégées pour l'Equateur peut être téléchargé.

 

Cuyabeno Lodge de Neotropic Turis

Après de nombreuses séances de brainstorming avec les autorités, la conclusion fut que le seul moyen de sauver la région serait par la génération d'intérêts économiques grâce à l'écotourisme dans la région. Notre membre fondateur proposa d'essayer et de lever des capitaux et engager un effort marketing particulier pour faire venir plus de visiteurs à Cuyabeno. Le gouvernement fut d'accord qu'il serait préférable de lancer un hôtel expérimental dans le lac Cuyabeno pour générer un intérêt touristique national comme international à la région, à la place de la déforestation pour l'agriculture et l'élevage bovin. A partir de là, un effort marketing pour mettre Cuyabeno sur la carte des destinations d'écotourisme, a graduellement augmenté alors que nous introduisions Neotropic Turis Cia Ltd en tant qu'entreprise autorisée pour le Cuyabeno Lodge. De 1986 à 1989, les clients étaient logés dans des conditions plutôt primitives. En 1989, Neotropic Turis a reçu sa licence du gouvernement pour exploiter un hôtel expérimental d'écotourisme et sa construction a pu débuter.

 

Après de nombreuses séances de brainstorming avec les autorités, la conclusion fut que le seul moyen de sauver la région serait par la génération d'intérêts économiques grâce à l'écotourisme dans la région. Notre membre fondateur proposa d'essayer et de lever des capitaux et engager un effort marketing particulier pour faire venir plus de visiteurs à Cuyabeno. Le gouvernement fut d'accord qu'il serait préférable de lancer un hôtel expérimental dans le lac Cuyabeno pour générer un intérêt touristique national comme international à la région, à la place de la déforestation pour l'agriculture et l'élevage bovin. A partir de là, un effort marketing pour mettre Cuyabeno sur la carte des destinations d'écotourisme, a graduellement augmenté alors que nous introduisions Neotropic Turis Cia Ltd en tant qu'entreprise autorisée pour le Cuyabeno Lodge. De 1986 à 1989, les clients étaient logés dans des conditions plutôt primitives. En 1989, Neotropic Turis a reçu sa licence du gouvernement pour exploiter un hôtel expérimental d'écotourisme et sa construction a pu débuter.

 

Depuis le début, Neotropic Turis a travaillé en étroite collaboration avec les indiens Siona. Bien que la compagnie ait ses propres licences de fonctionnement de ses propres canoës, elle a confié presque tout le domaine des transports aux indiens. Comme l'état de santé des indiens était très mauvais, la compagnie a fait venir un médecin chaque mois et a payé pour les traitements et parfois même, leur hospitalisation. Neotropic Turis avec ses experts et ses connaisseurs, en même temps que le gouvernement, a aussi fourni et payé pour la formation de guides ainsi que des indiens. Les thèmes spécifiques comprenaient l'écologie amazonienne, l'ornithologie, le guidage touristique, l'hôtellerie et – à la demande des femmes Siona – la cuisine et la gestion de l'hôtel. Pendant sa construction, les Sionas recevaient une formation intensive en menuiserie, qui leur a servi à améliorer leur propre logement.

 

Comme ces jours pionniers ont plus de vingt ans, le Cuyabeno Lodge a graduellement grandi jusqu'à complète maturité, proposant d'excellents programmes à la Cuyabeno Wildlife Reserve, en packages seuls ou combiné avec d'autres programmes, en particulier les Galapagos. La Cuyabeno Fauna Reserve est devenue l'une des principales destinations à la forêt amazonienne de l'Équateur et la plus grande partie de la pression exercée par l'invasion illégale a diminué, en partie grâce au travail de pionnier mené par le Cuyabeno Lodge et ses propriétaires.

 

 

Cuyabeno Nature Reserve: Historical picture of ecotourists for Cuyabeno flying from Lagoagrio.

Cuyabeno Nature Reserve: Adventurous ride on the first ecotour to Cuyabeno in 1986.

Cuyabeno Nature Reserve: The first Cuyabeno ecotour in 1986 sets off.

Cuyabeno Nature Reserve: Sionas and tourists jointly set up camp on first ecotour in 1986.

Cuyabeno Nature Reserve: Participation of the Sionas en the first ecotour to Cuyabeno.

Cuyabeno Nature Reserve: An entire Siona family including babies participated in the first Cuyaeno ecotour in 1986.

Cuyabeno Nature Reserve: The bathroom for the first ecotour in 1986 was an outhouse and a field table.

Cuyabeno Nature Reserve: Happy tourists were shooting pictures all the time on the first Cuyabeno ecotour in 1986.

Photos historiques de l'archive de diapositives du premier voyage avec des écotourists holandais en 1986.

 

 

 

Cuyabeno Lodge / Neotropic Turis Buro à Quito:

Bâtiment Shyris Park, Av. de los Shyris N36-188 & Av. Naciones Unidas, Officine 608, 6e étage

Téléphon: (++593) (0)(2) 292 6153

Cell (mobile) phone: (++593) (0)999 80 3395

Plan de Quito:

Trouvez l'adresse sur le plan de Quito Agrandez, c'est un plan très détaillé!

Courriel:

niks